Les Axes de recherche du CIRRUS

nuage 22

 

Axe 1 : Lieux, formes, objets de la littérature russe et russophone

 

Membres du CIRRUS : Rodolphe Baudin, Laetitia Decourt, Claire Delaunay, Catherine Depretto, Sarah Gruszka, Luba Jurgenson, Anna Lushenkova-Foscolo, Hélène Mélat, Bella Ostromooukhova, Daria Sinichkina

 

Cet axe s’organise principalement autour du projet d’écriture d’une nouvelle histoire de la littérature russe né en avril 2019. Parmi les problématiques soulevées alors : la « décanonisation » de la littérature russe, la nécessité d’aborder la littérature à travers une « perspective réelle » (Rejtblat), la remise en cause des périodisations convenues et la réflexion sur la notion d’événement en littérature, l’accent mis sur l’histoire de la lecture, sur la notion de réputation littéraire des écrivains, sur la littérature dite « de masse » ainsi que les autres formes de marginalité littéraires et leur rapport au canon (écriture « féminine », écriture des confins de l’Empire, écriture(s) dialectale(s), etc.). Ces réflexions ont nourri également les premières journées d’études du GDRUS en octobre 2019 à Strasbourg (table ronde sur le XIXe siècle) et sont poursuivies par le « Kroujok » littéraire sur le 19ème siècle, dont Laetitia Decourt est membre fondateur.

Dans cet axe sont également inclus les autres – multiples – initiatives et projets de recherche du CIRRUS qui participent à rénover les approches de la littérature russe et de l’histoire littéraire, au croisement des perspectives mémorielles, biographiques et sociologiques.

 

Mots-clefs : littérature, poésie, champ littéraire, canon, dynamiques, mutations, écriture de l’histoire, patrimoine, marges, biographies, commémorations  

 

 

Axe 2 : Corps et politique

 

 

Membres du CIRRUS : Sylvie Archaimbault, Marie-Christine Autant-Mathieu, Claire Delaunay, Tatiana Drobot, Sarah Gruszka, Luba Jurgenson, Galina Kabakova, Alexandre Lavrov, Bella Ostromooukhova Daria Sinichkina, Irina Tcherneva

 

Dans cet axe s’inscrivent plusieurs projets de recherche, dont le projet SAMSON, qui rassemble cinq membres de l’équipe CIRRUS (Rodolphe Baudin, Claire Delaunay, Luba Jurgenson, Daria Sinichkina, Irina Tcherneva). Le projet SAMSON croise les domaines des sciences, arts, médecine et lettres pour étudier la formation et transformation de normes sociétales, dans des domaines et à des époques variées (depuis le 18e jusqu’au 20e siècle).

L’axe « corps et politique » entend en outre rassembler les projets qui portent sur les rapports des individus aux institutions en terrain russe, le corps pouvant être conçu à la fois comme corps individuel et corps collectif, physique ou abstrait (corps de la langue, corps artistique de l’acteur, corps métaphorique des contes étiologiques, corps utopique). Cet axe entend traiter du rapport entre l’individuel et le collectif, entre l’humain et le système, ainsi que des différents aspects que prennent ces relations (conciliation, révolte, dissidence, contournement, évitement, opposition) et des nouvelles règles et normes qui en découlent (fabrique de l’homme nouveau en URSS, rapport au corps dans les lettres et les arts russes – le corps dans le canon littéraire –, le corps et la cité).

 

 

Mots-clefs : institutions, corps, normes, sciences, politique, exclusion, déshumanisation, Goulag, inclusion, révolution, jeu, frontières, transgression, érotisme, utopies, folklore  

 

 

Axe 3 : Cultures visuelles et musicales, représentations, arts, images

 

Membres du CIRRUS: Sylvie Archimbault, Marie-Christine Autant-Mathieu, Sophie Bernard, Pierre Gonneau, Svetlana Gorshenina, Luba Jurgenson, Olessia Koudriavtseva-Velmans, Laetitia Le Guay-Brancovan, Hélène Mélat, Irina Tcherneva, Daria Sinichkina,

 

Cet axe s’articule autour de la question de la représentation dans les domaines documentaire, scientifique et artistique. Les projets inscrits dans l’axe concernent l’image et son traitement, ainsi que les problématiques associées à son utilisation (pratiques mémorielles, usages idéologiques, instrumentalisations). L’image est également abordée comme matériau de fiction : les arts plastiques, les arts du spectacle (l’image donnée à voir et à entendre), le cinéma et le film d’animation, en tant qu’ils offrent des supports aux imaginaires et les transcrivent, font l’objet d’une réflexion qui s’engage sur le terrain de l’intermédialité. Enfin, l’image est aussi pensée comme iconographie, et l’axe intègre les projets de recherche consacrés aux cultures religieuses.

 

 

 

Mots-clefs : cinéma, archives, mise en image, adaptations, intermédialité, documentaires, photographie, propagande, imaginaires, animation,  mémoire, orientalisme, colonialisme, mise en image, musique, transferts, spectacle, arts, arts plastiques, iconographie religieuse.

 

 

 

Axe 4 : Archives, mémoire(s), construction des savoirs, écriture de soi.

 

 

Membres du CIRRUS: Sylvie Archaimbault, Rodolphe Baudin, Sophie Bernard, Catherine Depretto, Pierre Gonneau, Svetlana Gorshenina, Sarah Gruszka, Luba Jurgenson, Olessia Koudriavtseva-Velmans, Alexandre Lavrov, Anna Lushenkova-Foscolo, Cédric Pernette, Eugène Priadko, Daria Sinichkina, Irina Tcherneva, Maria Turgieva,

 

Cet axe s’articule autour de la problématique de la mémoire. D’une part la mémoire collective et l’ensemble des pratiques mémorielles qui lui sont associées : archives institutionnelles, musées, commémorations, etc. D’autre part la mémoire individuelle et privée, qui se traduit dans le témoignage et la constitution d’archives personnelles, mais aussi dans l’autofiction. C’est précisément la tension entre la fiction et le document qui est interrogée à l’intérieur de cet axe, dans lequel une grande place est occupée par la réflexion sur le statut de l’ego-document et l’étude des subjectivités.

 

 

 

Mots-clefs : ego-documents, musée, fictions mémorielles, autofiction, mémoires, témoignage, archives, archives digitales, subjectivité, identités, patrimoine, culture matérielle  

 

Informations supplémentaires